english | español
NOUVEAUTÉS Nouveau livre «Les chemins de l'Évangile»


Nouveau livre sur Bienheureuse Marie-Léonie Paradis par Monsieur Jacques Gauthier, laïc et père de famille, universitaire et poète, a mis la prière au coeur de sa vie. Il est collaborateur à l’émission Le Jour du Seigneur et auteur d’une soixantaine d’ouvrages de poésie et de spiritualité, traduits en plusieurs langues. Il a, entre autres, publié chez Novalis, Du temps pour prier et tous appelés à la sainteté.


L’itinéraire spirituel d’une bienheureuse canadienne

Sous la forme d’un entretien fictif, l’auteur retrace les grandes lignes
de la spiritualité de la bienheureuse Marie-Léonie Paradis, béatifiée en
septembre 1984, par le pape Jean Paul II. Mère Marie-Léonie voyait Dieu
partout, surtout au coeur des épreuves, qui la recentraient sur sa mission
profonde. Son regard de foi l’a guidée sur des chemins qui la délestaient
du superficiel pour la conduire à l’essentiel du don d’elle-même.
En empruntant ses chemins humains, l’auteur suit les chemins de Dieu et de l’Évangile. Ces entretiens révèlent la foi de Marie-Léonie en la Trinité et en la Sainte Famille. Cette foi simple et profonde l’a amenée à suivre avec joie les chemins de la bonté, de l’humilité et de la prière.

Les différents chapitres donnent l’occasion de découvrir la façon dont elle voyait Dieu et comment elle le priait, comment elle traversait les épreuves avec le Christ pour mieux aimer les petits, aider les prêtres, encourager ses filles en religion. Le livre aborde aussi les valeurs et
les attitudes qui sont encore actuelles dans notre monde en quête de sens : l’accueil, la confiance, l’humilité, le partage, le service, la simplicité. Ces vertus l’ont transformée en amoureuse du Christ et en femme sacerdotale portant le monde.

Elle écrivait à ses filles : « Redoublez de courage et de générosité au service de Dieu dans la personne de ses ministres et dans leurs oeuvres ! » C’était sa manière de vivre son sacerdoce baptismal, aussi appelé « sacerdoce commun des fidèles », que le concile Vatican II mettra en lumière cinquante ans après sa mort.



Événement culturel


Le ministre Luc Fortin désigne mère Marie-Léonie
à titre de personnage historique
Québec, le 19 décembre 2016. – Le député de Sherbrooke, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. Luc Fortin, est heureux de procéder à la désignation d’Élodie Paradis, dite mère Marie-Léonie, à titre de personnage historique. Ce geste symbolique est posé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel afin de préserver sa mémoire au fil des générations.
« La désignation de mère Marie-Léonie nous ramène au rôle historique des communautés religieuses dans l’évolution de la société québécoise en matière de santé, d’éducation et de services sociaux. Je suis fier de poser ce geste significatif à l’égard de cette grande figure étroitement liée à la vie de la collectivité de Sherbrooke. Ainsi, son oeuvre restera gravée dans notre mémoire collective », a souligné le ministre Fortin.
Élodie Paradis est entrée chez les Soeurs de Sainte-Croix en 1854, a prononcé ses voeux en 1857 et a reçu le nom de soeur Marie-de-Sainte-Léonie. Elle a oeuvré dans la région de Montréal, aux États-Unis ainsi qu’au Nouveau-Brunswick, où elle a fondé l’Institut des Petites Soeurs de la Sainte-Famille en 1880. Elle est devenue la première supérieure de la communauté, où elle est appelée mère Marie-Léonie. Ce nouvel institut était voué au service domestique des collèges, des séminaires, des évêchés et des maisons de formation de prêtres.
En 1895, mère Marie-Léonie a déménagé la maison mère de sa communauté à Sherbrooke. L’Institut y a rapidement pris de l’expansion, et mère Marie-Léonie y a envoyé des soeurs pour assurer les services domestiques dans 42 maisons religieuses au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario et aux États-Unis. À son décès, en 1912, la communauté compte plus de 600 religieuses.
« Appelée tôt, mère Marie-Léonie a consacré sa vie à la prière et au soutien des personnes. À l’instar de sa communauté, elle aura porté de grandes valeurs chrétiennes : l’unité, la charité, l’accueil de l’autre et l’humilité. Elle reste un modèle éloquent en ce qui concerne son cheminement spirituel et l’accomplissement de la noble mission à laquelle elle était vouée », a déclaré Mgr Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke.
« Je joins ma voix à celle des membres de ma communauté pour dire que nous sommes honorées de cette reconnaissance à l’égard de notre chère fondatrice. En raison de ce qu’elle a accompli, soeur Marie-Léonie demeure une source d’inspiration
inépuisable pour nous toutes. Ainsi, j’ajouterais humblement que la désignation de notre mère fondatrice met aussi en lumière le profond engagement de notre communauté dans les collèges, auprès des scolastiques et des élèves », a renchéri Sr Marie Paule Carrier, secrétaire générale de la communauté des Petites Soeurs de la Sainte-Famille.
Répertoire du patrimoine culturel
L’information sur mère Marie-Léonie, ainsi que sur tous les éléments patrimoniaux inscrits au Registre du patrimoine culturel du Québec, est disponible sur le site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec (RPCQ).