english | español
AMI(E)S DE MÈRE MARIE-LÉONIE Juillet 2018


Parabole Le sel et la lumière

Mt 5, 13-16

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi va-t-on le saler? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville ne se peut cacher, qui est au sommet d’un mont. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, où elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. Ainsi votre lumière doit-elle briller aux yeux des hommes pour que, voyant vos bonnes œuvres, ils en rendent gloire à votre Père qui est dans les cieux.

Réflexion :
Le Pape François a encouragé le baptisé à être «sel et lumière» dans le monde. Dans le sillage du Christ, le chrétien dit un oui entier à Dieu, car ce qui est en plus vient du malin. L’annonce de l’Évangile est décisive, elle ne contient pas de nuances entre le oui et le non qui conduisent à chercher une sécurité artificielle. Celui qui cache la lumière fait un contre-témoignage… celui qui dit un peu oui et un peu non à la lumière mais ne la donne pas, ne la montre pas et s’il ne la montre pas, il ne glorifie pas le Père qui est dans les cieux… il a le sel, mais il le prend pour lui-même. La lumière du chrétien, c’est le reflet du Père en Jésus dans lequel les promesses sont toutes accomplies.

Une Mère toute de cœur, pages 291, 306-307

De la paroisse et des alentours, on venait voir la Sœur Léonie, comme on l’appelait alors; les uns pour lui demander conseils et encouragements, les autres pour lui recommander leurs malades, tous pour lui faire part de leurs peines, de leurs difficultés. La chère Mère les consolait, leur parlait de Dieu, de l’amour de sa croix et de son admirable volonté, et chacun s’en retournait réconforter et résigné.

À Memramcook, elle était reconnue comme la Providence des malades et des pauvres de la région. Quelqu’un était dans la gêne : Allez voir Sœur Léonie, lui disait-on. Elle était devenue la Mère et la Conseillère de tous ceux qui avaient besoin de conseils, de réconfort dans les peines et les difficultés.

Un jour, elle est même allée avec des Petites Sœurs soigner et faire le ménage dans une famille atteinte d’une maladie contagieuse, où personne ne voulait aller.

Il n’y eut pas que les petits, les pauvres et les malades à profiter de son grand cœur. Plusieurs communautés religieuses ont également été l’objet du rayonnement de sa charité. Il y eut d’abord toutes ces communautés d’hommes, pour lesquels elle fonda son Institut. Avec ses Filles, elle servit les Pères et les Frères de Sainte-Croix, les Pères Maristes, les Oblats de Marie-Immaculée et les prêtres de Saint-Sulpice.

Mais il y eut toutes ces communautés de femmes à qui elle donna temps, argent, secours et surtout, sa profonde amitié. Ce qu’elle fit pour elles est tellement beau que nous écouterons, dans la mesure du possible, les bénéficiaires elles-mêmes témoigner de la charité de Mère Marie-Léonie.

Suis-je lumière pour les autres? Suis-je en union avec le oui du Christ à la volonté de Dieu Père? Comment?

N.B. Changement d'adresse du Centre Marie-Léonie Paradis
130 rue de la Cathédrale
Sherbrooke QC J1H 4M1
Tél : 819 236-2134


INSCRIPTION


Désirez-vous devenir "Ami(e) de Mère Marie-Léonie"? Veuillez donner vos coordonnées en remplissant ce formulaire :

Nom


Prénom


Courriel


Adresse


Ville


Province


Code postal


Pays